Après avoir visité les jolies villes de Medellin et Cartagena, nous décidons de continuer par la « route du café ». Nous arrivons au début des Andes et nous retrouvons entourés de magnifiques montagnes dont les parois sont couvertes de champs de café, de canne à sucre et de bananiers.
Nous passons par hasard dans un très joli village, Damasco, où les maisons ont des portes très colorées et nous bivouaquons un peu plus loin à La Pintada, sur le parking des pompiers.

Un matin, alors que nous faisons une pause dans le village d’Aguadas, Don Fernando le directeur de l’office de tourisme nous hèle. Il nous offre plusieurs cartes touristiques puis nous invite au café d’à côté pour goûter le fameux café arabica et le pionono, un délice ! Gourmands comme nous sommes nous ne faisons que quelques bouchées de ce gâteau roulé fourré aux figues et à l’arequipe, sorte de confiture de lait. MIAM !

La journée commençait bien donc et ce n’était que le début. Fernando nous invite chez lui pour laver notre linge et prendre une douche chaude. Puis il nous indique que c’est la fête de la musique. Nous visitons le musée des chapeaux puis profitons des concerts, en buvant de nombreux cafés offerts par les habitants. Dans son discours public Fernando nous remercie publiquement de notre présence (là je suis déjà toute rouge)… puis un peu plus tard il nous remercie de nouveau de la part de Mme le Maire (encore plus rouge) et nous invite à la rencontrer. Re-café et moi encore plus gênée par tant d’honneur !

Il nous présente ensuite Don Luis et sa soeur qui ont une maison-musée totalement insolite avec une oie en guide de chien de garde ! Ce lieu est un incroyable mélange d’antiquités et d’objets contemporains, accumulés par Luis depuis 5 ans !

Nous visitons ensuite le Cerro Montserrato, (nouveau café, lol même moi je n’en avais jamais bu autant en une journée). Le mont surplombant le village nous offre une magnifique vue sur Aguadas et le début des Andes ! Nous bivouaquerons d’ailleurs là-haut où nous ferons aussi la rencontre de César.

Le lendemain, nous achevons nos aux revoirs avec Don Luis et sa soeur en visitant le Pueblo Viejo et nous aurons le privilège de rencontrer deux tisseuses de chapeaux et autres objets à base de palmier iraca ! Bref, un village vraiment mémorable par l’hospitalité de ses habitants.

NB de voyageurs : Don Luis souhaite ouvrir prochainement un café et vous pouvez visiter sa maison-musée, nous contacter pour plus de renseignements (ou une fois à Aguadas, allez sur la place centrale, c’est la maison blanche et verte avec une oie sur le balcon !)